Un mystère impossible à élucider ?

Les plus assidus d’entre vous se souviendront certainement de la véritable enquête policière menée au sujet d’un de mes ancêtres, Jean Muller, dont la transcription de l’acte de décès nous apprenait qu’il était mort au bord du canal de l’Est, près de Toul, le 7 Septembre 1900 (voir ici). La curiosité aidant (on ne trouve pas un ancêtre flottant dans un canal tous les jours!), j’avais … Continuer de lire Un mystère impossible à élucider ?

L’enquête avance…

Suite de l’enquête sur le mort du canal de l’Est. Lundi 10 septembre 1900. L’Est Républicain raconte. Une archive de l’Est Républician retrouvée hier soir en ligne (sur le site du Kioske Lorrain) nous permet d’en savoir un peu plus sur les circonstances de la mort de mon ancêtre. Ainsi, on y apprend que ce dernier avait été à la foire le dimanche précédent son décès (corps … Continuer de lire L’enquête avance…

Mort sur le canal de l’Est

Vendredi 7 septembre 1900, six heures du matin. Le commissaire de police Gaston Barthouil et son adjoint Eugène Nicolas, agent de police, sont appelés à venir immédiatement sur le canal de l’Est, à l’extérieur de Dommartin-les-Toul. Ils y trouveront un cadavre: celui de Jean, menuisier de 42 ans, domicilié dans la commune depuis des années. Jean est mon arrière-arrière-grand-père (AAGP). Après constatation du décès, ils se … Continuer de lire Mort sur le canal de l’Est

Mes ancêtres, ces nomades: le geomapping généalogique

C’est en collectant tous les actes de naissances, mariages et décès que j’ai découvert tout le chemin que mes ancêtres avaient parcouru pendant des siècles pour terminer dans la ville où je suis né. Mes ancêtres patronymiques étaient-ils des grands nomades? Apparemment non. Je remonte en 1688 sur la branche de mon patronyme, et pour l’instant impossible d’aller plus loin. Du coup, à défaut de … Continuer de lire Mes ancêtres, ces nomades: le geomapping généalogique

Mon arrière grand-père, ce héros (5/5): les honneurs et la vie paisible

René Charles terminera sa carrière en tant qu’agent militaire dans des bureaux à Nancy, ville où il rencontrera sa femme en 1918. Je me demande toujours pourquoi ils ont été se marier à Angers (les deux étant originaires de Nancy): encore un mystère généalogique à résoudre! On ne peut que supposer que la seconde partie de sa vie aura été plus paisible que la première, et … Continuer de lire Mon arrière grand-père, ce héros (5/5): les honneurs et la vie paisible

Mon arrière grand-père, ce héros (4/5): blessé, prisonnier de guerre et amputé

C’est donc au cours de la bataille de Morhange que René Charles a subit un évènement qui allait changer le cours de sa vie. En effet, alors qu’il était sur la cote 343, il reçut une balle dans le genou droit. Cela aurait pu être une blessure de guerre comme tant d’autres, plus ou moins bien soignée une fois les combats terminés et plus ou … Continuer de lire Mon arrière grand-père, ce héros (4/5): blessé, prisonnier de guerre et amputé

Mon arrière grand-père, ce héros (3/5): aux armes !

2 août 1914. C’est la guerre. La mobilisation générale vient d’être ordonnée et le régiment de René Charles est assigné à la 2ème armée, 20ème corps d’armée, sous la direction du général Foch (qui deviendra célèbre par la suite). Les évènements s’enchaînent alors à une vitesse folle: mobilisation générale le 2 août, l’Allemagne déclare la guerre à la France le 3 août et l’armée Allemande … Continuer de lire Mon arrière grand-père, ce héros (3/5): aux armes !

Mon arrière grand-père, ce héros (1/5): les jeunes années

IMG_20151108_0014Au cours de mes recherches j’ai été amené à trouver pas mal d’informations sur mon arrière grand-père, René Charles de son prénom, et je dois dire que je ne suis pas peu fier de qui il était.
René Charles est né en 1893 à Nancy, en Meurthe-et-Moselle. Fils d’un jardinier et d’une journalière (définition), on supposera qu’il a vécu une enfance assez modeste mais néanmoins heureuse dans cette belle ville de Nancy qui subit à l’époque une croissance importante.

Continuer de lire « Mon arrière grand-père, ce héros (1/5): les jeunes années »