Arpenteur

Les métiers d’antan: arpenteur

Si vous vous êtes déjà demandé comment est apparu le métier d’arpenteur, vous êtes au bon endroit.

L’histoire de ce métier commence il y a 6000 ans, les arpenteurs avaient une fonction bien précise qui alliait géométrie et juridiction. Ils ont contribué à ériger le cadastre comme on le connaît aujourd’hui.

Nous allons d’abord étudier l’apparition de ce métier par nécessité pour finir par les instruments utilisés par ces professionnels.

Histoire du métier

Nous allons d’abord commencer par l’histoire et l’évolution du métier d’arpenteur avec la nécessité de son apparition dès l’Antiquité lorsque les propriétés terrestres sont devenues l’un des biens les plus importants aux yeux des Romains.

Rome Antique: l’apparition du métier

Les premiers arpenteurs sont apparus durant la Rome Antique. La nécessité de ce métier s’est fait sentir à cette époque, car les terres étaient réparties de façon anarchique ce qui conduisait à des conflits au fil des générations.

Les arpenteurs étaient alors chargés de collecter les données sur les parcelles des villes pour produire des cartes militaires. Ces dernières servaient ensuite à être en mesure de restituer les parcelles volées durant les guerres de l’empire afin d’éviter les conflits. La fonction des arpenteurs était donc très diplomatique à l’époque romaine.

Rome crée alors le corps des agrimensores qui signifie mesureurs de champs. Le mot « arpentage » est dérivé du mot latin « vadere » qui signifie « faire le tour », car ces professionnels parcouraient la ville de long en large pour recueillir toutes les statistiques nécessaires.

Moyen-Âge: les prémices du cadastre

C’est en 1555 qu’a été créé le métier d’arpenteur royal et petit à petit se créa le métier d’arpenteur-juré. À cette époque, le géomètre était associé au mathématicien et tout mathématicien était géomètre.

Pour être candidat au métier d’arpenteur au XVIIe siècle, il faut être âgé d’au moins 22 ans, savoir lire et écrire et avoir effectué un stage d’au moins 6 mois chez un maître-arpenteur. Au Moyen-Âge, l’arpenteur est chargé de veiller à la conservation des bornes des bois et domaines du Roi.

Les bornes étaient posées par les arpenteurs qui nécessitaient une technique précise et insolite avec l’utilisation de « garants » dont l’authenticité serait irréfutable. Les garants sont donc décrits comme étant des morceaux de tout objet artificiel (pot en terre cuite, tuile, brique…) qui sont enterrés sous les bornes et qui peuvent être rapatronnés en cas d’exhumation.

XIXe siècle : le Cadastre Napoléon

Le Cadastre Napoléonien ou Ancien Cadastre, a été mis en place en 1807 sous le règne de Napoléon 1ᵉʳ et regroupe une centaine de millions de parcelles. C’est un outil juridique et fiscal qui permet d’imposer une contribution financière aux citoyens.

La « parcelle » est une portion de terrain présentant une même culture et appartenant au même propriétaire. Ces parcelles servent, outre la réglementation des taxes, à prouver la propriété d’un bien.

De nos jours

C’est à partir du XXe siècle que la profession de géomètre expert est reconnue comme étant le spécialiste de la géométrie et des levés de terrain et que le terme arpenteur disparait peu à peu.

Le géomètre expert réalise l’étude et travaux topographiques qui fixent les limites des biens fonciers. Pour ces analyses, il peut être mandaté par un particulier, un professionnel ou une collectivité territoriale, voire la justice lorsqu’il y a conflit.

Les outils utilisés par les arpenteurs

De nombreux instruments et techniques étaient utilisés par les arpenteurs et ont évolué au fil du temps.

  • La chaîne d’arpenteur est un instrument de mesure créé en 1606. Elle est constituée de maillons métalliques. La mesure peu précise permet d’établir la mesure rapide d’une distance. De nos jours, cet instrument est un mètre-ruban de 10 à 100 mètres de longueur.
  • L’équerre d’arpenteur est un instrument qui a la forme d’un prisme octogonal ou cylindrique. Sur le corps de l’appareil, on retrouve des fentes au travers desquelles l’arpenteur pouvait placer les différents plans de visée.
  • Le graphomètre est un instrument de mesure angulaire, monté sur rotule, il permet de relever des angles entre objets.
  • La boussole est également un outil essentiel dans les relevés de mesure de l’arpenteur.

Laisser un commentaire