jouets anciens

Quels jouets utilisaient nos ancêtres ?

En cette période de fêtes qui commence, nous nous sommes posé la question de savoir à quoi ressemblaient les jouets anciens, ceux avec lesquels jouaient nos ancêtres. Comment jouaient-ils ? Quels jouets avaient-ils pour s’amuser ? Cette question peut sembler étrange, mais c’est une question à laquelle les archéologues ont répondu.

Ils ont découvert toutes sortes de jouets anciens fabriqués à la main que nos ancêtres utilisaient pour s’amuser, la plupart des enfants comptant sur leur propre ingéniosité pour inventer des jeux. Comme les armes miniatures, le jeu de quilles, le bilboquet, le yo-yo ou encore la poupée, jouet far du XVIIe siècle.

Dans cet article, nous nous focaliserons sur la période du XVIIe au XIXe siècle, à cheval entre l’époque moderne et contemporaine en France.

De quand datent les jouets les plus anciens ?

Les jouets les plus anciens découverts par les archéologues étaient de petites statuettes en pierre représentant du bétail et des personnes. Ces premiers objets datent de 7000 ans avant J.-C.

Le Moyen-Âge se caractérise par une importante production de jouets en bois, dont les plus remarquables et demandés sont les poupées. La demande de jouets était très forte, et ils étaient vendus dans de nombreuses foires, notamment à Nuremberg en Allemagne.

À cette époque, les jouets sont imaginés et créés par des artisans et progressivement, dans la deuxième moitié du XIXe siècle, on passe de l’ère artisanale à l’ère industrielle, avec l’arrivée des chaînes de production industrielle.

L’épée miniature

Dans la même catégorie que l’épée et le bouclier en bois, on retrouve toutes les armes miniatures et inoffensives qui ont pu servir à jouer à la guerre. De tout temps sûrement, les enfants ont joué à imiter le monde des adultes, dont les petits garçons avec des équipements de combats.

Historique

Le bois étant un matériau qui se dégrade assez rapidement d’année en année, il n’existe pas de modèle d’épées ou de boucliers en bois datant d’avant le XIXe siècle qui aurait été conservé. En revanche, nous pouvons retrouver les preuves de l’utilisation de ce jouet au travers de peinture comme Les jouets du jour de l’An de Louis-L. Boilly (1761-1845). Peintre et portraitiste, il est connu pour ses nombreuses scènes de genre de la classe moyenne française. Ses croquis et ses peintures à petite échelle témoignent de son époque. Dans ce tableau, les enfants reçoivent des jouets le jour du Nouvel An.

Les jouets du jour de l’An de Louis-L. Boilly (1761-1845)

Il faut croire que les épées et boucliers en bois font encore fureur aujourd’hui, car il sont toujours en vente et très appréciés des petits garçons (peut-être beaucoup moins de leurs petits frêres qui servent d’armée énemie :))

Le jeu de quilles

Ce jeu se joue habituellement avec neuf quilles et deux balles. Les traces de son invention remontent au XVIe siècle. La règle consiste à abattre successivement une quantité de quilles fixée, avec une grosse boule qu’on lance.

Historique

Le jeu de quilles est principalement apprécié au Moyen-Âge, car on peut le pratiquer à l’extérieur à l’occasion de fêtes en plein air ou de kermesses. À l’époque, les quilles étaient renversées avec un bâton, et ce n’est qu’au XVIIe siècle que les boules apparaissent au sein du jeu.

Également constitué de bois, ce jouet ancien n’a pas été conservé à travers les années et on le retrouve illustré par l’estampe de Coryn Boel (British Museum de Londres) et l’huile sur toile de Thomas Van Apshoven (1622-1664) conservée au Musée du Louvre à Paris.

Joueurs de quilles de Thomas Van Apshoven (1622-1664)

Là encore, ce jeu a littéralement traversé les siècles et on le trouve encore très fréquemment en vente sur les sites de jouets actuels.

Le bilboquet & le yo-yo

Le bilboquet est un jouet qui a été inventé en France et est devenu populaire dans les années 1800. Il s’agit d’une boule trouée et d’une tige de bois reliés par une ficelle. Le but du jeu est de lancer la balle en l’air et de l’empaler sur le morceau de bois sans le lâcher.

Le yo-yo est un petit objet composé de deux disques assemblés par un pivot central autour duquel s’enroule une ficelle. Le but est de faire monter et descendre les disques le long de la ficelle est exerçant un mouvement de la main. Il était fabriqué en bois, en métal ou en ivoire pour les plus onéreux.

Historique

Le bilboquet se répand en France au XVIe siècle, il est très en vogue sous Henri III qui, peut-on lire dans le journal Magasin pittoresque de septembre 1871, y joue en arpentant les rues de Paris. Au milieu du XVIe siècle, Rabelais mentionne le “Bille Boucquet” parmi les jeux de Gargantua. La « bille » désignant la boule percée d’un trou et le “boucquet” qui en vieux français désigne un fer de lance dont s’inspire la pointe sur laquelle le joueur doit venir empaler la boule.

Le yo-yo apparaît en France peu après la Révolution en sous le nom d’émigrette, allusion aux émigrés français de retour à Paris après avoir fui la Révolution. On parle du jeu de l’émigrette comme d’une véritable satire à cette époque le tournant au ridicule. Néanmoins, il fera fureur, à tel point qu’en 1791 il en sera vendu pas moins de 25 000 exemplaires. Ce jouet réapparaît sous le nom de yo-yo dans les années 1930 où il connaîtra un nouveau succès. Mirabeau, révolutionnaire français, a également été représenté comme commandant un régiment d’émigrés avec pour seule arme une « émigrette ». Une chanson satirique intitulée « Le dépaysement » suit la caricature d’un personnage tenant une émigrette dans chaque main.

Jeux d’enfants (bilboquets, yoyo) – XVIIIe siècle

Alors qu’il avait perdu de son intérêt dans les dernières décennies, le bilboquet revient au goût du jour et raviera nos enfants, qui y passeront probablement des heures comme l’ont fait leurs ancêtres avant eux.

Le yo-yo se retrouve également encore de nos jours, bien que moins présent que par le passé. Il fera cependant toujours plaisir à qui le reçoit et ne pourra s’empêcher de relever le défi de faire le plus de cycles possibles.

Le cheval à bascule

La taille de ce jouet équestre doit être suffisamment grande pour qu’un enfant puisse le monter. Le cavalier peut se balancer d’avant en arrière sur la bascule fixée en bas des pattes du cheval. Une alternative du cheval à bascule est le cheval sur roulette qui permet de promener l’enfant en le tirant grâce à la corde attachée à l’avant.

Historique

Archétype des jouets anciens, l’ancêtre du cheval à bascule, qui était très populaire depuis l’Antiquité, est le cheval-bâton. Le cheval à bascule apparaît plus tardivement, vers le XVIIe siècle et reste très présent encore jusqu’à aujourd’hui. Généralement en bois, seulement quelques exemplaires ont pu être conservés dont deux datant du XVIIe siècle sont conservés à Londres.

Cheval à bascule, vers 1800-1850

Ce jouet est d’ailleurs toujours un succès à l’heure actuelle, avec l’avantage de se décliner en différentes versions d’animaux qui auraient sans aucun doute beaucoup plus à nos ancêtres également.

La poupée

Comptant probablement parmis les jouets les plus anciens de cette liste, l’apparence de la poupée a changé au fil des siècles, mais elle a toujours été un jouet pour toutes les classes de petites filles, aisées ou de la classe moyenne.

L’ancêtre de la poupée est le pantin qui est articulé et mis en mouvement par des fils. Il est très à la mode en France au XVIIIe siècle. La technique fabrication consistant à assembler des figurines en un mélange de pâte de carton, terre, papier et plâtre, est reprise par les artisans de Nuremberg (foire en Allemagne) puis ceux de Paris pour en faire des poupées.

Tandis que les poupées de chiffons sont les jouets les plus populaires du XVIe siècle pour les petites filles de la classe ouvrière, des poupées plus raffinées apparaissent, aux yeux de verre et aux cheveux peints. Elles sont plus luxueuses et sont confectionnées pour les enfants riches.

Historique

Au XVIe siècle, on peut observer des œuvres représentant des petites filles jouer à la poupée comme sur le célèbre tableau de Breughel Jeux d’enfants. Il y a également le tableau de Jan Steen au XVIIe siècle représentant des petites filles recevant une poupée à l’occasion de la Saint-Nicolas !

Jeune fille et sa poupée, 1909

Évidemment, les poupées sont encore un incontournable de nos jours, et bien que la plupart soient en plastique on en retrouve certaines dans des matières plus naturelles comme le coton ou encore le bois!

Les jeux de billes

Les jeux de billes n’étaient au départ, pas joué avec de véritables billes ! En effet, tout objet sphérique de petite taille pouvait servir au jeu. Le plus souvent, de petites pierres, des châtaignes, des noix ou encore des noyaux faisaient l’affaire !

Les billes à proprement parler étaient grossièrement sphériques et étaient fabriquées avec les matériaux disponibles : pierre, terre cuite, bois, métal. Au XIVe siècle, des maîtres-verriers vénitiens produisirent les premières billes de verre.

Historique

Au Moyen-Âge le jeu des billes est très populaire, au point que selon l’ethnologue français Griaule, “une révolution pourra abattre des cathédrales, mais on ne voit pas comment elle empêcherait les enfants de jouer aux billes”.

Les règles du jeu de billes semblent dater du XVIe siècle. Des dessins de cette époque représentent plusieurs sortes de jeux de billes, dont la « rangette », où les billes sont placées dans de petits monticules qu’il faut démolir, et la « fossette », qui consiste à lancer les billes dans un trou.

Jeu de billes, 1939

Les billes font toujours partie des cours d’école de nos jours, et sont encore pour la plupart probablement utilisées comme les utilisaient nos ancêtres!

Le jeu de paume

Le jeu de paume, dans lequel deux joueurs ou deux équipes s’affrontent en se lançant une balle (esteuf) par-dessus un filet, est considéré comme l’ancêtre du tennis. La balle était toutefois lancée à l’origine avec la paume de la main et non des raquettes. La raquette est apparue au XVIe siècle, et la pratique du jeu de paume à mains nues s’est dépopularisée à partir de cette époque.

Historique

Le jeu de paume se jouait à l’origine à l’extérieur, dans un pré ou dans un chemin. Le jeu est arrivé dans les villes au cours du XIIIe siècle et se jouait dans les rues ou sur les places. Auparavant joué à l’extérieur, ce jeu connaît un franc succès à partir du XIVe siècle, époque à laquelle il est joué en salle.

Le jeu de paume est associé au Serment du Jeu de Paume, un des événements majeurs de la Révolution française qui s’est déroulé dans la Salle du Jeu de Paume à Versailles.

Bien que le jeu de paume ait été remplacé par le tennis, on retrouvait également sur les foires et kermesses tout type de jeux de lancer qui permettaient de tester son adresse. On en retrouve d’ailleurs toujours dans les fêtes foraines de nos jours.

Des jouets qui traversent les âges

Comme nous avons pu le voir tout au long de cet article, beaucoup des jouets utilisés aujourd’hui par nos enfants ont été inventés il y a de cela plusieurs siècles par nos ancêtres. Ils étaient certes moins perfectionnés, mais ils étaient confectionnés soigneusement un à un par des artisans pour le bonheur des enfants.

Beaucoup de ces jouets anciens étaient en bois et n’ont donc pas pu être conservés au travers des siècles, mais nous avons tout de même les peintures ou esquisses des artistes de l’époque pour nous témoigner de leur existence.

Il reste impressionnant de se rendre compte que les enfants de nos jours jouent encore (ou ont au moins la possibilité de le faire) aux mêmes jeux que leurs ancêtres plusieurs siècles avant eux. Un moyen facile d’aborder le sujet de la généalogie si on arrive à les accrocher avec l’un de ces jouets anciens qui a traversé les âges… et de bonnes idées de cadeau pour les fêtes à venir!

Laisser un commentaire